Burn out, le reconnaître pour mieux le soigner

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
Print

Le burn-out est un terme qui fait souvent parler de lui depuis quelques années. Ainsi, selon l’Institut de veille sanitaire, 480 000 personnes en France seraient en détresse psychologique au travail et le burn-out en concernerait 7%, soit 30 000. Et cela ne semble pas prêt de s’arrêter. Or, le burn-out n’est à ce jour pas encore considéré comme une maladie à proprement parler mais plutôt comme un syndrome lié à un stress chronique au travail. 

En tant que sophrologue et hypnothérapeute à Loches, je vois de plus en plus de personnes consulter suite à un burn-out. Dans cet article, découvrez ce qu’est un burn-out, les symptômes, causes et solutions pour en venir à bout.

Qu'est-ce que le burn-out ?

Depuis plusieurs décennies, le concept de burnout fait débat parmi les professionnels de santé. En 2019, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a apporté des précisions en classant le burnout comme un syndrome qui découle d’un phénomène professionnel.  

Cette condition est un syndrome – et non un diagnostic médical – causé par « un stress chronique au travail qui n’a pas été géré avec succès », selon l’OMS. Dans ce contexte, les facteurs externes, tels que ceux du dysfonctionnement au travail, sont principalement à l’origine de l’épuisement professionnel. 

Le burnout peut affecter votre état mental, physique et émotionnel. Les sentiments d’épuisement professionnel surviennent généralement lorsque vous êtes débordé au travail et que vous avez l’impression de ne plus pouvoir faire face aux rigueurs que votre poste exige. 

Le syndrome de burn-out est né dans les années 1970 par le psychologue américain Herbert Freudenberger. Il a d’abord été utilisé pour décrire ce que ressentaient les professionnels de la santé, tels que les médecins et les infirmières «épuisés» par leur travail inlassable. Le terme a ensuite évolué pour inclure tout professionnel en activité souffrant d’épuisement et d’incapacité à faire face aux tâches quotidiennes.

Ne pas confondre stress et épuisement professionnel

Cependant, ne confondez pas l’épuisement professionnel avec le stress. Le stress, c’est avoir trop à faire — trop de travail à gérer, trop de responsabilités, trop d’heures passées à travailler. L’épuisement professionnel est le contraire. Vous avez généralement l’impression de ne pas en avoir assez – pas assez de motivation, pas assez d’énergie, pas assez d’attention. 

La même chose peut être dite pour l’interprétation erronée de la dépression. Certains symptômes liés à la dépression, tels que l’épuisement et la difficulté à effectuer des tâches, peuvent faire penser que l’on souffre d’un burnout. Dans la plupart des cas, l’épuisement professionnel est lié au travail et n’affecte pas votre vie quotidienne. La dépression, en revanche, a un impact sur tous les aspects de votre vie avec des sentiments persistants de désespoir, d’inutilité ou d’impuissance.

Le burn-out en 5 étapes

L’épuisement professionnel n’est pas une apparition soudaine de sentiments. Au lieu de cela, vos pensées, vos sentiments et vos actions progressent à travers une série d’étapes. Les étapes initiales peuvent sembler insignifiantes, mais elles peuvent éventuellement mener à une phase habituelle qui rend difficile l’exercice de vos fonctions professionnelles.

Comme une lune de miel dans un mariage, cette étape s’accompagne d’énergie et d’optimisme. Qu’il s’agisse de commencer un nouveau travail ou de s’attaquer à une nouvelle tâche, il est courant d’éprouver de la satisfaction qui mène à des périodes de productivité et à la capacité de puiser dans votre côté créatif.

Finalement, la phase de lune de miel diminue et vous commencez à ressentir du stress. Chaque seconde de votre journée n’est pas stressante, mais il y a des moments plus fréquents où le stress prend le dessus. Au début de cette étape, prenez note de tout signe physique ou mental. Vous pouvez commencer à perdre votre concentration plus facilement ou à être moins productif lorsque vous effectuez des tâches. Physiquement, la fatigue peut commencer à s’installer, rendant plus difficile le sommeil ou la pratique d’activités en dehors du travail.

Vous atteindrez un point où le stress devient plus persistant, ou chronique. Au fur et à mesure que la pression monte, le stress est susceptible d’affecter systématiquement votre travail. Les exemples incluent des sentiments d’apathie, ne pas terminer le travail à temps, être en retard au travail ou tergiverser pendant les tâches. Socialement, vous pouvez vous éloigner des conversations normales liées au travail. Dans d’autres cas, vous pouvez vous mettre en colère et vous en prendre à vos collègues. Parfois, ces sentiments vous suivent à la maison et peuvent affecter les relations avec les amis et la famille.

Cette phase correspond au moment où vous atteignez votre limite et ne pouvez plus fonctionner comme vous le feriez normalement. Les problèmes au travail commencent à vous ronger au point que vous en êtes obsédé. Parfois, vous pouvez également vous sentir engourdi et éprouver un doute extrême sur vous-même. Les symptômes physiques deviendront intenses, entraînant des maux de tête chroniques, des problèmes d’estomac et des problèmes gastro-intestinaux. Les amis et les membres de la famille peuvent également remarquer des changements de comportement.

S’il n’est pas traité, l’épuisement professionnel peut faire partie de votre vie quotidienne et éventuellement conduire à l’anxiété ou à la dépression. Vous pouvez également commencer à ressentir une fatigue mentale et physique chronique qui vous empêche de travailler. Votre statut professionnel peut être compromis si vous continuez sur cette voie.

Conséquences du syndrome de burn-out

Souffrir d’un syndrome d’épuisement professionnel peut entraîner un sentiment de rejet à long terme. La liste des conséquences est énorme, nous allons la diviser en deux catégories :

Conséquences pour le salarié

Pour le salarié, les conséquences du burn-out peuvent se traduire par des troubles comportementaux (ou émotionnels) et, par la suite, par des problèmes de santé.

Conséquences pour l'entreprise

Pour les entreprises, il y a aussi des répercussions, même si vous commencez à réfléchir sur le syndrome du burn-out, vous verrez qu’il s’agit d’un cercle vicieux. En règle générale, les entreprises qui manquent de personnel ou qui connaissent un roulement constant du personnel sont celles où l’incidence du syndrome d’épuisement professionnel est la plus élevée. Précisément, ces facteurs sont à l’origine de la charge de travail excessive et des longues heures de travail.

Si aujourd’hui le syndrome du burn-out est constant et en augmentation, il est temps d’opérer des changements pour que cette situation diminue. Cela est possible notamment en organisant des séances de sophrologie en entreprise dans la région de Tours.

Sortir du syndrome de burn-out

Si vous pensez souffrir du syndrome de burn-out, il est important de ne pas le laisser s’installer. Dans mon cabinet de sophrologie et hypnose à Loches, je vous propose des solutions alternatives pour en finir durablement avec l’épuisement professionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

D'autres articles sur la sophrologie
Retour vers le haut